dimanche 22 octobre 2006

Avaient-ils vraiment l'intention de répondre à l'appel d'offres de la Corse??

Les questions que nous nous sommes posées en Aout comme en Octobre

Avec la remise des offres le 4 aout 2006, on ne compte pas moins de

4 communiqués de la CMN (Stef-Tfe) les 3, 7, 8 et 9 aout
1 communiqué de CF le 7 aout
nombre d'interviews et d'articles de presse

Le petit carton de la 4eme offre dite "commune" CF CMN jouait-il le rôle de l'enveloppe vide de 2001 dont parle le DG de CF dans le marin du 6 avril 2001, qui a permis de faire annuler l'appel d'offres sans y avoir répondu ?

Dans quelle compétition destinée à attribuer une DSP a-t-on vu les soumissionnaires communiquer avec cette violence au premier jour du dépot des offres ?

Pourquoi ne pas avoir laissé la commission compétente faire son travail de dépouillement, d'étude, de comparaison etc ... dans la discrétion et le respect de ses prérogatives ?

La collectivité de Corse a-t-elle été prise en otage, dans une campagne beaucoup plus vaste, animée par les perdants de la bataille de l'automne 2005, et les perdants chez ceux qui ont pensé un moment imposer à la Corse une service public réduit aux cargos et la généralisation de "l'aide sociale au passager transporté" ?

N'y avait-il pas concommitance entre ce projet de réduction du service public plaidé sans discontinuer depuis septembre 2004 ? et un projet dit de "grand-sud" un moment exposé dans les ports départementaux, à l'Ile-Rousse notamment, resté dans les cartons de l'OTC après le passage du directeur régional de la CMN comme chargé de mission ?

La CMN n'a-t-elle pas profité suffisament du partenariat avec SNCM? qui a assuré sa pérennité dans la phase 1992-2001, et sa croissance avec le passage des cargos à 500 passagers de 2001 à 2006?

A quel titre, CMN ne reverse-t-elle aucun dividende ? alors que les résultats de cette filiale à 69% de la SNCM sont de l'ordre de 7 à 8 millions d'euros pour 2003-2004-2005 ?

Francis Lemor, actuel pdg de stef-tfe, n'était-il pas directeur financier de la CGM avant sa privatisation ?

Dans quelle condition a-t-il récupéré le controle de Stef-Tfe ? n'existe-t-il pas un rapport de la Cour des Comptes sur ce sujet ?

De plus, n'était-il pas avec Robert de Lambilly président de la CMN, ancien directeur de la flotte de la CGM, un des initiateurs du pacte d'actionnaires de 1992? (considéré comme toujours valide par le tribunal de paris ce 17 octobre)

Après avoir déclaré en mars 2005, qu'ils n'étaient intéressés que par l'activité cargo de la SNCM et alors que des sources proches du dossier de la privatisation indiquaient qu'ils ne participaient pas au processus: Stef-Tfe et son pdg, ne mettaient-ils pas la main à la mi-septembre 2005 sur la SNCM pour 3,5 millions d'euros (10% du premier tour de table de BCP)? tout en controlant déjà la CMN, sans que le conseil de la concurrence n'ait été à l'époque sollicité ?

Si l'on comprend bien, Stef-Tfe et son pdg critiquent le mode de privatisation, après avoir échoué in extremis dans la phase finale où ils pensaient "cueillir le fruit qu'ils avaient fait murir depuis 10 ans " ? selon la formule rapportée par le DG de Connex

Quel rôle a joué le pdg de Stef-Tfe dans le processus de privatisation avec les 17 autres armateurs et sociétés un moment intéressés ?

A-t-il bénéficié de si puissants appuis, pour qu'il se soit retrouvé seul en fin de processus et en opérateur industriel du fond d'investissement retenu par le gouvernement à la mi-septembre 2005?

Qu'aurait produit la commission d'enquête parlementaire un moment envisagée par des députés d'opposition comme de la majorité ? sur le processus de privatisation conduit par Claude Gressier et la banque HSBC ?

Aucun commentaire:

Libellés


Offre 2009: Avec les tarifs Prima Corsa de la SNCM, plus tôt vous réservez, moins chère est la traversée.

Je réserve

L' Offre SNCM